L’âme des horloges : une véritable claque !

Couverture The Bone ClocksNom de l’oeuvre : L’âme des horloges

Auteur : David Mitchell

Date de parution : 2017

Édition : Éditions de l’Olivier

Nombre de pages : 784 pages

Nombre de tomes disponibles : 1

Résumé : “Holly Sikes, une adolescente de 15 ans, décide de fuguer à la suite d’une dispute avec sa mère. Mais Holly n’est pas une fugueuse comme les autres : hypersensible, elle entend des voix depuis son enfance, provenant de personnages mystérieux qu’elle appelle « les gens de la radio ». Sa fugue prend soudainement un tour paranormal quand des visions cauchemardesques viennent remplacer la réalité : Holly se retrouve au milieu du conflit qui oppose deux factions d’immortels, les Anachorètes et les Horlogers… Disparitions et mystères se multiplient autour d’elle.

Comme Cloud AtlasL’âme des horloges met la curiosité du lecteur à rude épreuve. C’est qu’entre 1984 et 2043, où les désastres écologiques font rage, il aura retracé la vie d’Holly Sykes, et dissipé le mystère : Holly appartient-elle à une de ces familles d’immortels ? Et quel sens donner aux motifs de labyrinthe qui parsèment le récit ? Deux questions que pose ce roman addictif – parmi tant d’autres.”

Prix : 25,00 €


De quoi ça parle ?

L’âme des horloges est un roman complexe, comme on peut s’y attendre en découvrant le nom de David Mitchell sous cet énigmatique titre. Il retrace l’histoire, de 1984 à 2043, d’Holly Sykes, une banale anglaise aux origines irlandaises. Enfin, banale : ce n’est pas tout à fait le mot, dans la mesure où Holly entend des voix. Elle les appelle « les-gens-de-la-radio » et préfère éluder les questions que ces étranges voix soulèvent naturellement. Pourtant, tout débute de cette curiosité ; et surtout, tout y semble lié. De la disparition de son petit frère Jacko jusqu’aux rencontres qui ponctuent sa vie, Holly est inextricablement liée à la guerre qui fait rage entre Horlogers et Anachorètes. Qui sont-ils ? Pourquoi s’entredéchirent-ils ? Ce sont des réponses que le roman donne au compte-goutte, avec parcimonie mais justesse et force.

Le livre est divisé en six parties, chacune dévoilant un bout de vie d’un nouveau personnage (à l’exception de la dernière, qui se reconcentre à nouveau sur Holly). Toutes, sans exception, sont entremêlées et prennent du sens au fur et à mesure de la lecture. En somme, c’est une lecture aussi énigmatique que plaisante et même souvent cocasse, qui dévoile un univers passionnant aux savantes ramifications.

Mon avis

J’avais déjà un bon a priori en commençant ma lecture ; d’une part parce que j’aime énormément ce qu’écrit David Mitchell et d’autre part parce que, naturellement, le résumé m’a bien bottée. Et j’avais raison, bon sang !

Outre la diversité des personnages, tous aussi attachants les uns que les autres, et le tour de force de David Mitchell, qui est parvenu à approfondir chacune de ses petites araignées pour que celles-ci tissent une toile commune et cohérente, je retiens la force de caractère du personnage principal. Dans la première partie, Holly nous paraît idiote et immature : elle a 15 ans, c’est sans doute normal. Mais au fil des parties, au fil des ans, on la redécouvre et on l’aime grâce à ce qu’elle dégage : c’est un personnage féminin fort, qui n’a besoin de rien ni de personne (et surtout pas d’un homme) pour survivre malgré les épreuves qu’elle traverse. Il est rare de voir ce type de personnage féminin, et c’est très agréable d’enfin pouvoir en apprécier un ; non pas pour une romance qu’elle entretiendrait, non pas pour sa beauté ou son charme, mais pour son charisme et son courage.

Mais ce n’est pas tout : L’âme des horloges est également un roman qui sait être drôle. Tantôt sarcastique, tantôt caustique, tantôt taquin. La partie de Crispin Hershey est notamment assez riche en remarques acerbes et en affirmations acides, malgré les enjeux dramatiques que Mitchell aborde à travers les personnages et le temps : réchauffement climatique, épuisement des ressources, temporalité, etc. On retrouve également avec un grand plaisir des références et des liens évidents avec Cloud Atlas, l’un de ses précédents romans (que j’ai particulièrement aimé).

Il est malheureusement difficile de parler davantage de cette petite perle sans vous gâcher la lecture et sans compromettre certains rebondissements. C’est pourquoi je vous encourage simplement à le découvrir, car c’est une excellente lecture que je vous conseille là !

Ah, et un dernier conseil si vous êtes (tout comme moi) rebutés par le prix que proposent les grandes librairies : allez faire un tour du côté de Gibert Jeune, ils le vendent en occasion (en très bon état) aux alentours de 16 et 17€.

Publicités

2 réflexions au sujet de « L’âme des horloges : une véritable claque ! »

  1. mh ça a l’air super ce petit roman ! Je vais peut être commencer par Cloud Atlas du coup (il est en train de prendre la poussière dans ma PAL) avant d’acheter celui-ci 🙂
    dommage que tu ne détailles pas un peu plus l’univers du livre ! Sans spoiler évidemment 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Tu fais bien, il y a des références sympas. 😉

      Sinon, je ne pouvais malheureusement pas détailler l’univers sans spoiler le livre puisque la découverte de cette univers fait partie intégrante d’un rebondissement de l’avant-dernière partie. 😦

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s